Apprendre, transmettre et informer

Lyonnais d’origine, je suis journaliste depuis une dizaine d’années. Après avoir travaillé en rédaction pour la presse quotidienne régionale (Le Dauphiné Libéré et Le Progrès), j’ai choisi d’être pigiste en 2015. Depuis, je travaille pour plusieurs titres nationaux en tant que correspondant (Terre de Vins, Le Quotidien du Médecin, L’Usine Digitale, Le Moniteur) et occasionnellement pour L’Express (dossiers régionaux et thématiques) et d’autres médias (Mediacités, journal en ligne d’investigation en région par exemple). Entre l’œnologie, la médecine, l’économie, le numérique ou encore les sujets de société, le fil conducteur demeure pour moi l’humain et la compréhension de ce qui nous entoure.

Ayant été professeur de français durant deux ans, j’établis des parallèles entre mon métier de journaliste et les interventions en éducation aux médias et à l’information (EMI) et formation au sein d’établissements scolaires, enseignement supérieur, centres sociaux, etc. J’ai d’ailleurs effectué une résidence d’éducation aux médias (CLEA) pendant 4 mois dans le Nord et le Pas-de-Calais.

Prenant très à cœur mon métier mais aussi la particularité du mode de rémunération à la pige, je participe activement à l’association nationale Profession : Pigiste, qui organise notamment chaque année les 48H de la pige et édite un magazine à 1500 exemplaires, dont je suis le rédacteur en chef depuis 2017.

Mes champs d'action


Pour les retardataires et/ou les sceptiques : venez aux #48Hpige, organisées cette année à Rouen, par l’association Profession : Pigiste @pigist. J’y co-animerai notamment un atelier sur l’éducation aux médias et à l’information #ÉducMédiasInfo, qui peut élargir les horizons.

[FIL] 90 € brut la journée... 35€ le feuillet ... Ce sont les #salaires perçus par certains #pigistes, révélés par @payetapige. Ces #journalistes professionnels, dont je fais partie, n'ont presque aucune marge de négociation sur ces tarifs, qui, au lieu d'augmenter, diminuent.

Je crois que j'ai envie de prendre 10 secondes pour dire que je kiffe mon job. #utilitépublique https://t.co/LMy4LeRKlk

L'équipe du média pure player d'investigation @Mediacites rencontre ses lecteurs aujourd'hui à #Lyon, place Bellecour.
Vous ne connaissez pas ? Revue des billets blogs qu'on a consacré à leur chouette démarche.
https://t.co/cS4DObbzte https://t.co/nDMIyjRsHI
Guillaume_Bouvy photo

[PUBLICATION] Portrait de Laurent Derhé​ @DerheLaurent pour Terre de Vins, un sommelier passionné, exigeant (et très sympathique !) Article publié ce jour sur @TerredeVins https://t.co/eCzLVhYGOz #portrait #vin #sommelier #sommellerie #Frontonas #ASLERA

Interviewer,  recueillir, restituer, enquêter, en un mot : informer. Le journalisme est une mission d’intérêt général que je porte fièrement. A Lyon ou à l’étranger, je rends compte des actualités, des événements et des faits de société. Plutôt que de me mettre au service des intérêts personnels, j’ai préféré choisir de donner la parole à celles et ceux qui contribuent à faire avancer les choses et à celles et ceux qui en ont le plus besoin. 

En savoir plus

Depuis 2016, l’éducation aux médias et à l’information (EMI) est officiellement inscrite au programme des cycles 3 et 4 (du CM1 à la 6e et de la 5e à la 3e). Le CLEMI (Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information) fait l’interface entre les journalistes et les publics scolaires. Il organise depuis 1989 la semaine de la presse et d’autres actions de formation des enseignants et concours (Médiatiks par exemple, qui récompense les médias scolaires). 

Les attentats contre Charlie Hebdo en 2015 ont fait prendre conscience de la nécessité et de l’utilité de l’éducation aux médias et à l’information, en tant que terreau de la démocratie. Tandis que les moyens pour s’informer se sont multipliés, les clés d’analyse et de réflexion ne sont pas toujours maîtrisées. 

C’est dans ce contexte que j’ai commencé à effectuer des interventions depuis 2016 dans collèges, lycées, enseignement supérieur et centres sociaux. Entre novembre 2017 et mars 2018, j’ai eu.la possibilité de réaliser à grande échelle plusieurs projets d’éducation aux médias, au sein d’une communauté de communes située entre le Nord et le Pas-de-Calais, sous la forme d’une résidence journalistique. 

Depuis mon retour à Lyon, je poursuis ces interventions en parallèle de mon métier de journaliste. 

En savoir plus

Ayant été professeur de français et SR (secrétaire de rédaction), je veille aussi bien à l’orthographe qu’à la syntaxe des textes. 

En savoir plus.

Contactez-moi